“Orange is the New Black” de Piper Kerman

Publié le par Chloé.N

"Orange is the New Black" - Piper Kerman - Ed. Presses de la Cité

Elle aurait pu devenir médecin, avocate ou enseignante comme le reste de sa famille, mais Piper Kerman a préféré choisir une filière théâtre qu’elle va abandonner pour devenir serveuse.
Un peu tête brûlée, la jeune femme se cherche. L’aventure, elle va la connaître avec Nora Jansen, une amie rencontrée au fil des soirées.
Des années plus tard, Piper a tout pour être heureuse : une famille aimante, des amis, un super job de productrice, un appartement à Manhattan qu’elle partage avec Larry son fiancé. Jusqu’au jour où son passé la rattrape.
Tout s’effondre quand un après-midi, deux agents fédéraux des douanes viennent frapper à sa porte et l’informent qu’elle doit purger une peine de quinze mois de prison pour un délit de blanchiment d’argent commis dix ans plus tôt, malgré six années passées sous contrôle fédéral.

Bienvenue à Danbury, prison fédérale pour femmes…

Contrairement à la version télévisée édulcorée du même nom, ici, nous sommes plus sur un témoignage. Une plongée dans le labyrinthe de la procédure judiciaire, une immersion dans le système carcéral pour femmes, avec ses codes, son quotidien, ses relations avec les gardiens, le monde extérieur, ses incohérences, mais aussi les liens qui se tissent dans ce melting-pot où personnalités haut en couleur se côtoient. Bien sûr, une multitude de personnages dans ce récit mais cela ne gêne en rien la lecture. Bien au contraire. Cela rend la lecture plus vivante.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, pas d’ambiance lourde et déprimante ou de sensation de huis-clos. On est également loin de l’univers carcéral ultra dur que nous dépeignent les séries TV où prison rime avec violence et sévices en tout genre.

Un style simple (je n’ai pas dit simpliste), un ton spontané, avec beaucoup de recul, fait que l’on oublie à certains moments que c’est une page de la vie de Piper Kerman que l’on tient entre les mains et non un roman.
Un témoignage où l’auteure ne s’apitoie pas sur son sort ou règle ses comptes avec le système pénitencier. Non, juste une sorte de journal intime où Piper Kerman nous fait part de ses sentiments et nous fait vivre de l’intérieur son quotidien et celui de ces femmes tout au long de son année de détention.
Elle a su faire ressortir dans son témoignage de l’humanité, le tout avec quelques pointes d’humour.

Une façon de mettre en lumière la vie de ces femmes pendant mais aussi après leur incarcération.

“… le système carcéral apprend aux détenus à survivre en tant que prisonniers, pas en tant que citoyens.”

Orange is the New Black” de Piper Kerman - Ed. Presses de la Cité - 2014

Commenter cet article